ADULTES

LE CADRE : L'ATELIER

 

Parce que c’est un lieu de travail, de fabrique, de création. C’est un chantier, un laboratoire.

Les élèves sont des artisans, des ouvriers, des bâtisseurs qui se retrouvent. Ils construisent et assemblent «  ensemble  ».

​C’est un espace de rencontres, d’échanges et de découvertes. Je veux fédérer cela dans un esprit d’équipe. Les élèves formeront très vite une petite famille, une troupe.

Dans chaque Atelier, on apprend à se déplacer, à parler, à écouter, à s’exprimer corporellement et verbalement, à jouer avec et face à l’autre mais jamais contre lui. On se bouscule, s’amuse, s’écorche, se rentre dedans, se dépasse, s’attendrit. On vit. C’est un lieu où l’on se confond, où l’on s’émerveille, où l’on est surpris.

C’est un endroit, que je souhaite et qui se révèle plein de bienveillance.

C’est un espace de liberté où chacun avance à son rythme, où chacun doit rester humble et tolérant.

LE FOND : LE JEU

 

Quand ce cadre est bien défini, alors il se dessine la possibilité d’une aventure artistique. On apprend à jouer la comédie. Les élèves prennent le risque de la rencontre, ont le goût du travail. Le comédien est son propre instrument. Il doit donc faire appel à son corps et sa voix pour composer.

 

1. Travail technique

La première étape permet la perception de ce qu’est «  l’ensemble corporel  » et vise l’approche de la musicalité scénique ainsi que le travail vocal.

Pour cela, il doit maîtriser un certain nombre de techniques et pratiquer des exercices ciblés et précis qui l’accompagneront vers la composition : il aspire à se sentir bien dans son corps, prendre conscience de son énergie corporelle, apprendre à la gérer, découvrir et travailler sa «  voix  », la puissance vocale, apprendre à la nuancer.

Grâce à des actions simples, l’acteur prendra conscience de l’équilibre, de la stabilité, du rythme, de la circulation d’énergie. Il recherchera précision, aisance, amplitude du geste, économie dans la mobilisation de son corps. L’exploration vocale se portera sur l’articulation, les respirations, le positionnement sur scène, la diction, la liberté de mouvement.

 

2. Créer, inventer, émouvoir

À travers l’improvisation, on apprend à découvrir notre moi «  enfoui  », à se re-decouvrir… On est face à soi. On cultive sa personnalité et on apprivoise celle des autres. On fouille en soi, on tâtonne, on cherche, on creuse, on décèle.

En improvisation, le comédien doit être tout à la fois : auteur, acteur et metteur en scène. On devient l’auteur de ses propos et l’acteur de ses idées. On cherche à devenir libre en se mettant à nu.

Le travail de création exerce aussi l’imaginaire et «  l’extra-ordinaire  ». L’élève tente d’exprimer, d’extérioriser son ressenti et ses émotions. Comment rendre crédible une situation donnée en faisant appel à ses propres expériences et son être ? 

3. Interpréter, incarner, être

​L’assemblage de la technique et de l’émotion permet d’interpréter un personnage.

L’acteur passe du «  je joue  » au «  je suis  ».

On travaille des scènes, on apprend des textes et on est traversé par le destin de nos personnages qui ne nous laisse jamais «  indemnes  ».

LE PETIT SECRET

 

RESTER EN ÉVEIL…

Le comédien doit rester à l’écoute des autres et du monde. Ouvrir son esprit. Être curieux. Il doit observer, lire pour se rapprocher du «  vrai  ».

Pour cela, nous nous rendons au Théâtre, partageons nos lectures, échangeons.

L’ouverture d’esprit passe aussi par la connaissance des diverses disciplines qui s’entrechoquent avec la nôtre. L’intervention d’artistes professionnels extérieurs (auteurs, scénographes, photographes, costumiers, décorateurs, metteurs en scène…) nous fait prendre conscience de la place et du rôle du comédien et nous rend humbles.

© Les ateliers Théodore
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus